Captain DPO, pour piloter la RGPD de votre organisation

#RGDP #RèglementEuropéen #DPO #Conformité
Captain DPO, une solution pour piloter la RGDP de votre organisation.

Captain DPO - GDPRLe 25 mai 2018, le règlement européen sur la protection des données (RGDP ou GDPR) sera applicable. Si certaines formalités auprès de la CNIL sont vouées à disparaître, de nouvelles obligations vont venir s’ajouter à celles existantes en matière de gestion des données. Publiques ou privées, les organisations devront se mettre en conformité.

 

 

Au cœur de cette transition : le Data Protection Officer (DPO). Ces derniers devront assurer la mise en œuvre d’une protection optimale des données à chaque instant et être en mesure de la démontrer en documentant leur conformité. C’est là qu’intervient Captain DPO ! Donner les moyens aux DPO de conduire efficacement leurs missions de mise en conformité.

Pilotez la conformité de votre organisation simplement est désormais possible avec Captain DPO.

Captain DPO est une plateforme qui vous aide à conduire efficacement votre projet de mise en conformité de votre organisation grâce à ses applications collaboratives et agiles garantissant l’accountability totale du  processus.

​Mobilisez l’ensemble des parties prenantes (responsables de traitement, sous-traitants, collaborateurs, RSSI, prestataires, etc.) dans votre projet pour gagner en temps et en efficacité

​Chaque partie prenante participe à son niveau à la mise en conformité globale de l’organisation. Les sous-traitants par exemple,  pourront se connecter directement sur la plateforme, pour recueillir vos instructions et vous transmettre leurs rapports de traitement.

Des fonctionnalités collaboratives au cœur de Captain DPO.

  • Tableau de bord dynamique
  • Auto-diagnostic RGPD
  • Registre des traitements
  • Cartographie des applications
  • Annuaire des parties prenantes
  • Gestion des demandes de rectification
  • Notifications et alertes
  • Gestion de crise
  • Intégration du logiciel DPIA CNIL
  • Espace documentaire et versioning
  • Indicateurs de suivi et KPI
  • Gestion des droits et accès

Rendez-vous sur www.captaindpo.com

 

Consommation de services juridiques 2.0

#juridique #services #actualité #TPE #PME
Consommation de services juridiques 2.0

Depuis la loi Hamon du 17 mars 2014, l’avocat, autorisé à recourir à la publicité et à la sollicitation personnalisée, assure sa promotion en ligne notamment grâce aux réseaux sociaux comme Twitter ou LinkedIn. Mais le choix des internautes se tourne de plus en plus vers les nouvelles plateformes de services juridiques comme LegaLife.fr qui permettent aux clients de générer eux-même leurs documents juridique et d’avoir accès à un réseau d’avocats spécialisés.

A l’heure de la flexibilité et de l’uberisation, le monde du droit n’est pas en reste. Le marché évolue pour s’adapter aux besoins des clients, à la recherche d’une solution rapide, sécurisée et peu onéreuse.

Aujourd’hui, TPE et PME cherchent d’abord à s’informer sur leurs besoins juridiques sur internet. Recourir aux plateformes de services juridiques pour gérer leur entreprise au quotidien peut donc se révéler très intéressant pour plusieurs raisons.

Accessibles 24/24h, faciles d’utilisation, avec des coûts maîtrisés, ces sites vous permettent de créer les statuts de votre société ou de rédiger les contrats de travail de vos futurs salariés … en répondant à un simple questionnaire, vous pouvez ensuite utiliser le service de signature électronique afin d’utiliser une solution 100% numérique.

Et si faire appel à un avocat est souvent une démarche inquiétante (Qui consulter ? Combien de temps cela va prendre ? Combien cela va-t-il me coûter ?), ces « legal start-up » la rendent plus innovante et moins intimidante en mettant les clients en relation en ligne avec les avocats spécialisés de leur réseau en un temps record.

Aux Etats-Unis, ce marché développé il y a une dizaine d’années continue de croître, sans mettre à mort les cabinets d’avocats pour autant. Il ne s’agit donc pas de concurrencer les avocats qui conservent le monopole du conseil juridique, mais d’offrir de meilleurs services grâce au numérique.