5 résolutions pour ceux qui ont compris que ne pas adopter le numérique c’est mourir !

#transition numérique #transformation digitale #CRM #réseaux sociaux #gestion des données
5 résolutions pour ceux qui ont compris que ne pas adopter le numérique c’est mourir !

imag mobix

 

En 2016, aucune entreprise ne peut se passer de revisiter son modèle d’affaires et d’intégrer une réflexion de transformation digitale dans sa stratégie.

Le début d’année après la période des vœux est un bon moment de prendre des résolutions… En voici une suggestion…

 

 

 

 

res1Résolution 1 : Du digital dans ma stratégie !
C’est décidé, j’intègre un axe de transformation digitale dans ma stratégie ! Comment pourrais-je faire mieux avec le digital ? Comment font mes concurrents ? Quelles opportunités m’offre le digital ? Autant de question que je me poserai tout au long de l’année

 

res2Résolution 2 : Fluidification de mes données
Je vais fluidifier les données au sein de mon entreprise.
Pour cela, en premier lieu, je dois lister toutes les données dont dispose l’entreprise par une représentation de type cartographique. Une fois cette analyse faite, je vais être en mesure de décider les données papier qui peuvent être systématiquement numérisées puis définir comment les valoriser pour mon entreprise.

L’exemple : Pourquoi ai-je toutes ces cartes de visite de prospects et clients stockées dans un porte-cartes au lieu d’être numérisées ?
res3Résolution 3 : Des outils Cloud et Web
Je vais déployer plus de solutions sur le Cloud et le Web.
En effet, j’ai compris que de nombreuses solutions fiables existent sur le marché pour mes outils métiers mais j’ai également compris l’importance des réseaux sociaux pour le développement de mes affaires. Je vais mettre en place des actions !

 

res4Résolution 4 : Du collaboratif
Je vais développer mon écosystème avec une logique de parties prenantes.
EN 2016, il est nécessaire de partager la même information qui évolue et s’enrichit à chaque étape des processus. Mais repenser l’information avec mes concurrents, fournisseurs et collaborateurs est aussi une occasion de penser différemment mon modèle d’affaires et ainsi de potentiellement générer plus de valeur.

res5Résolution 5 : Un projet au long cours
Je vais repenser ma stratégie et mon modèle d’affaires en intégrant une dimension digitale sur le long terme.
Mais la stratégie est une activité qui doit se dérouler sur la durée. La tendance actuelle dans un monde où l’agilité devient la règle, est de définir des mini-plans et de tester pour s’adapter en fonction des différents scénarii envisagés. Pour autant votre stratégie digitale doit être pensée sur le long terme. Comme vu dans la première partie, celle-ci doit être désormais au centre de votre réflexion.

EN conclusion, il peut paraître arbitraire de définir 5 résolutions plutôt que 3 ou 10, mais l’important est de comprendre et d’accepter un changement structurel nécessaire afin d’adopter une vue holistique de votre environnement par le prisme du numérique.

Vous voulez l’ebook complet ? MOBIX vous l’offre dans le cadre de l’association Transition numérique envoyer juste un email à contact@mobix.fr en mentionnant vos coordonnées et le code : ATN.

Découvrez les solutions numériques de Mobix pour vos performances économiques : www.mobix.fr

Google pour les Pros forme les professionnels au Salon des Entrepreneurs de Paris

Google pour les Pros forme les professionnels au Salon des Entrepreneurs de Paris

#SDEParis, #formationdigitale, #GooglepourlesPros

Google pour les Pros au Salon des Entrepreneurs

 

Afin d’accompagner les PME, TPE et Professionnels à développer leur visibilité sur Internet, Google Pour les Pros s’installe au Salon des Entrepreneurs de Paris les 3 et 4 février prochains avec un espace dédié à la formation digitale. Inscrivez-vous ici pour obtenir votre badge.

Les formations collectives animées par nos experts et les séances individuelles de diagnostic proposées gratuitement sur l’espace Google pour les Pros auront pour objectif de permettre aux PME, TPE, entrepreneurs et professionnels de développer leurs compréhension des opportunités offertes par le web, approfondir leurs connaissances d’outils gratuits et payants et développer un plan d’actions personnalisé.

Depuis 2012, près de 50 000 professionnels en France ont déjà recueilli des conseils dans le cadre du programme Google pour les Pros pour mieux exploiter le potentiel de croissance offert par le web.  

 

 

Le marketing de contenu en direct des toits parisiens pour toucher les étoiles…

#marketing #contenu # inbound #prospection #commercial #témoignage

Le marketing de contenu en direct des toits parisiens pour toucher les étoiles…

C’est l’histoire de la PME francilienne S2iB, une entreprise de couverture-plomberie-zinguerie composée de 16 salariés passionnés qui développe son chiffre d’affaires en pratiquant depuis peu le marketing de contenu.

Le marketing de contenu ?

Vous ne connaissez pas encore cette nouvelle technique géniale pour développer son business ?

Découvrez la suite de ce cas-client…

Contrairement à une idée largement répandue, cette technique ne fonctionne pas que pour les start-up. Face à l’auto-éducation des acheteurs à l’ère du tout numérique, cette technique est adaptée à tous types d’entreprises, comme dans ce cas précis, à une entreprise de bâtiment.

Le marketing de contenu consiste à séduire et attirer des clients potentiels par la production et la diffusion de contenu utile plutôt que de les prospecter de façon intrusive (http://bit.ly/1OA7yPG et http://bit.ly/1O1C31O).

Quand Olivier, le fondateur-entrepreneur de S2iB (www.s2ib-cpzd.fr), rencontre lors du 1er rendez-vous commercial ACTIBIZZ, il est déjà convaincu « qu’on ne fait plus de business comme avant » (clin d’œil au « Manifeste des Evidences » de 1998 www.cluetrain.com/manifeste.html).

Devant les difficultés grandissantes à rentrer en contact avec ses cibles, il sait qu’il doit innover dans sa démarche de prospection commerciale, qu’il doit être davantage présent sur les réseaux sociaux…

Mais sur quels réseaux sociaux ?

Il a déjà investi dans l’externalisation de la « gestion de sa communauté Facebook » auprès d’une agence web» qui ne lui a pas donné satisfaction.

Alors comment bien faire ?

Tout commence simplement par la réalisation d’un audit concurrentiel des stratégies numériques des principaux concurrents. Puis, le document de référence pour la mission intitulé « Stratégie numérique de S2iB » est rédigé ; il fait l’objet de discussions et d’une validation. Les nouveaux comptes sociaux sont ensuite créés, la stratégie de contenu éditorial déployée avec comme principaux objectifs :

  • Se connecter à ses segments de cibles et encourager l’engagement réciproque
  • Développer la notoriété de la PME spécialisée en couverture-plomberie-zinguerie
  • Générer des demandes entrantes de prospects qualifiés

s2ib article

 

Après 4 mois de pratique quotidienne, les résultats sont déjà au rendez-vous :

  • la « communauté S2iB » se développe « petit à petit » sur des bases solides,
  • des demandes entrantes ont généré des rendez-vous commerciaux, qui ont débouché sur des devis dont certains sont signés, d’autres très prometteurs

Grâce à cette stratégie gagnante, l’entreprise S2iB conquiert progressivement son « territoire numérique d’expertise » pour développer son chiffre d’affaires en 2016 et au-delà.

Olivier, ravi de cette collaboration s’exprime :

« Convaincu de la démarche et conforté par le professionnalisme et les résultats d’ACTIBIZZ, la puissance des communautés de réseaux ne peut que nous porter aux faîtages des toits de Paris ! »

Vous êtes convaincu comme Olivier que cette approche en marketing numérique peut connecter durablement votre entreprise à la croissance ?

Contactez-nous, tout simplement, pour toucher vous aussi les étoiles.

 

Fiabiliser mon SI …un premier pas vers la transformation numérique

#Retours d’expérience #PME #Transformation #Numérique

Fiabiliser mon SI …un premier pas vers la transformation numérique

Qui n’a pas encore entendu parlé de transformation numérique ? Il n’y a pas un jour qui passe dans l’actualité sans qu’on ait droit à un nouvel article ou reportage sur les bienfaits pour les entreprises du passage au numérique, enjoignant les dirigeants de PME à se hâter d’embrasser cette fameuse transformation numérique. Mais quand est-il réellement de la préoccupation de ces dirigeants sur ce sujet tant vanté par les médias, les organisations patronales et les pouvoirs publics ?

En tant qu’acteur de la transformation numérique, Vokto aide les dirigeants d’entreprises depuis une quinzaine d’année à tirer profit des outils numériques pour accélérer leur transformation. De cette riche expérience nous avons tiré quelques enseignements sur la vision de décideurs de PME sur les outils numériques et le système d’information en général.

Il en ressort que la première étape fondamentale avant d’envisager un projet de transformation numérique, est la fiabilisation du système d’information.

Fiabiliser mon SI avant tout

En effet, dans l’esprit de ces dirigeants, avant de se projeter dans le futur et repenser leur organisation, ils souhaitent que leur système d’information soit stabilisé et fiable pour pouvoir envisager sereinement le développement, voire la transformation de l’entreprise.

Cela passe notamment par :

  • Une maîtrise des enjeux business: il s’agit de réaligner le SI avec la stratégie de l’entreprise (souvent quand l’informatique est obsolète, dépassée et que sa pérennité et son évolutivité ne sont plus assurées)
  • Une optimisation des coûts informatiques : cartographie applicative et infrastructure, ressources internes et externes et des coûts au regard des gains (ROI)
  • Une meilleure gestion de l’information numérique pour éviter la « DSI dépendance » : documentation des procédures, programmes, etc …
  • Une meilleure gestion de la relation avec leurs prestataires informatiques (éditeur, infogéreur, intégrateur …) de qui ils attendent une meilleure réactivité, une force de proposition sur les évolutions de leur SI, plus de transparence dans les relations commerciales

Si comme les 150 PME que nous accompagnons depuis 15 ans, vous avez besoin d’une approche numérique à 360°, les équipes Vokto (www.vokto.com) ont l’expertise requise pour mettre en place la démarche adaptée à vos besoins et axée sur la recherche de résultats rapides et tangibles. Nous mettons systématiquement en cohérence nos actions avec les enjeux du dirigeant.

 

Histoire et prospective de l’extorsion numérique par Symantec

La paléontologie appliquée à l’extorsion numérique a trouvé les toutes premières manifestations de ransomware à 1989, quand ce qu’on a appelé « le cheval de Troie du SIDA » se diffusait via des disquettes 5’’1/4 envoyée par courrier, chiffrait des fichiers sur l’ordinateur infecté et demandait un paiement pour son déchiffrement. Le principe du ransomware était né.

Etape suivante : le faux antivirus. Ce type d’arnaque a connu son apogée en 2009 : Symantec avait alors répertorié quelques 43 millions tentatives de téléchargement de 250 programmes différents. Le coût pour les victimes allait de 30 dollars US à 100 dollars US à chaque fois. A force d’éducation et de médiatisation, les particuliers se sont plus méfiés et le retour sur investissement des faux antivirus a chuté.

Il était temps de passer à autre chose : passer du faux antivirus au ransomware, puis au crypto-ransomware (qui chiffre les données du terminal infecté). Le ransomware quant à lui bloque et restreint l’accès au terminal infecté. Il affiche alors un message demandant le paiement d’une somme qui allait, en 2012, de 50€ à 100€. Les PC sous Windows continuent d’être une plateforme lucrative pour les auteurs de ransomware. Néanmoins, ces derniers ont commencé à cibler de nouveaux systèmes en développant de nouveaux outils : mobiles Android depuis 2014, terminaux NAS.

Touchant au départ uniquement les particuliers, les premiers cas d’entreprises victimes d’extorsion numérique par chiffrement ont été répertoriés l’an dernier. Désormais, les objets connectés offrent de nouvelles plateformes et opportunités d’infection (et de rétribution).

Baromètre 2015 des logiciels dans le Cloud pour les PME

appvizer.fr présente un baromètre montrant à quel point le marché du cloud en France a encore de très beaux jours devant lui !

 

infographie_baromètre 2015 appvizer

Les PME et TPE en France représentent selon l’INSEE 99% des entreprises françaises et pas moins de 98% d’entre elles ont accès à Internet. Le marché des logiciels Cloud en entreprise ne cesse d’accroître, en effet en 2013 seules 25% étaient équipées en logiciels Cloud alors qu’en 2015 elles sont 35% selon l’étude d’appvizer.fr. Ce constat montre que les potentialités de développement du marché du Cloud sont immenses.

 

Selon cette étude, les raisons de ce passage aux logiciels dans le Cloud sont nombreuses. Les entreprises apprécient la mobilité que les logiciels offrent, qu’ils ne nécessitent aucun investissement, la simplicité, la transparence et la sécurité qu’ils apportent.

 

Les TPE et PME via ces logiciels recherchent principalement dans le Cloud, des solutionpour la gestion des relations clients, des messageries, des logiciels de facturation et de comptabilité, de sauvegarde de données…

 

La croissance des logiciels dans le cloud en France est en perpétuelle croissance, l’édition de logiciels a fait un gap de 6% en 2015 et les 2500 éditeurs répertoriés ont permis sur ces deux dernières années de créer plus de 10 000 emplois.Les logiciels dans le Cloud représentent un chiffre d’affaires annuel de 2 milliards d’euros, ce qui présage de belles perspectives pour les années à venir.

 

appvizer.fr, première ressource francophone d’information et de comparatifs SaaS pour les décideurs du digital, a pour objectif d’accompagner toutes les TPE et PME dans cette transition numérique qui leur garantira de rester compétitives et d’optimiser toutes leurs actions.

 

Retours d’expérience de PME dans toutes les régions de France sur demande : contactez appvizer.fr

Réussir en .fr

Réussir en .fr : un Webzine mensuel et une plateforme pour booster les performances des TPE / PME

savoirfaireenpointfr


L’objectif du .fr ?

Optimiser la présence en ligne des chefs d’entreprise, commerçants et indépendants, en les aidant à tirer le meilleur parti du numérique. Pour cela a été lancé le dispositif Réussir en .fr : une plateforme accompagnée d’un webzine mensuel, la Box Réussir en .fr

Très complémentaires, ils offrent tout deux des solutions simples et efficaces pour faciliter le quotidien des entrepreneurs et assurer le succès de leur entreprise en ligne.

 

 

 

 

Tout savoir avant de se lancer
Parce que les entrepreneurs peuvent avoir des difficultés à développer leur activité sur Internet, le .fr a créé un guide complet pour leur apprendre à gérer leur identité numérique. Des conseils pour bien choisir leur nom de domaine et des MOOC (cours en ligne) sont par exemple mis à leur disposition. 12 formations gratuites animées par des entrepreneurs experts, en format vidéo de 5 à 7 minutes, sont ainsi accessibles pour les entrepreneurs qui débutent sur le numérique.

Devenir pro sans difficulté
En coreussir en pointfrmplément, le .fr vient de créer la Box Réussir en.fr. Un webzine mensuel, totalement gratuit, contenant des conseils, astuces et recommandations dans des domaines de compétences très larges: juridique, gestion, communication et commercial. En s’y abonnant, les entrepreneurs découvriront, chaque mois, des outils qui accéléreront leurs performances sur le web. Ils seront également alertés sur les salons professionnels susceptibles de les intéresser.

Le + de Réussir en .fr : des offres promotionnelles exclusives sur les outils et salons abordés.

http://www.reussir-en.fr/La-box-pour-reussir-en-.fr

 

Les Web Conférences ATN+

ATN+ avec le support des ses membres, organise des Web conférences dédiées à des thématiques liées aux usages du numérique pour les artisans, commerçants, TPE et PME. Les Web Conférences sont tournées en mode distant et mises à disposition sur le site ATN+

 

Le calendrier des Web Conférences est disponible sur la chaîne ATN+ – le planning est mis à jour régulièrement, n’hésitez pas à consulter notre page.

 

webikeoatn+

Les Web Conférences à venir :

 

 

Vous souhaitez suggérer des sujets, partager des événements organisés en région, inviter vos entreprises à ces Web Conférences, les faire témoigner ?

N’hésitez pas à revenir vers moi : s.christin[at]transition-numerique-plus.fr

Le rôle des Consultants privés du numérique

Quand on parle de « Consultants Privés du Numérique », on fait typiquement référence à la multitude des cabinets de Conseil et d’Ingénierie, disséminés à travers la France, dont le principal métier est d’accompagner les TPE & PME dans l’évaluation précise de leurs besoins et dans la mise en œuvre de solutions adéquates capitalisant sur les avancées des technologies numériques.

Des cabinets dotés de compétences et d’expérience significative dans le domaine du Numérique (aussi bien sur le plantechnologique qu’organisationnel). Une expertise métier doublée d’un savoir-faire méthodologique qualifie donc de fait le Consultant Privé comme interlocuteur de choix pour permettre aux TPE/PME de réussir opérationnellement leur transition ou transformation numérique et d’atteindre leurs objectifs de développement (notamment en matière de compétitivité et d’image de marque, vecteurs premiers de meilleures ventes et productivité). Le secteur des Consultants du Numérique Privés n’étant pas réglementé – comme l’est par exemple celui des Juristes ou des Comptables – les syndicats et associations professionnelles comme CINOV-IT ont un rôle clé : donner confiance aux entreprises en faisant adopter à leurs adhérents Consultants Privés une charte déontologique régissant les bonnes pratiques en tant que prestataires du numérique.

 

Depuis plusieurs années, les autorités publiques recherchent désespérément des leviers de croissance économique pour favoriser la création d’emplois en France. De l’ordre de 92% des entreprises spécialisées dans le secteur du numérique sont des entreprises de moins de 20 salariés, gisement d’expertises sous exploité et vrai potentiel d’emploi  dans les territoires.

 

 

1 3 4 5